Selon la définition de l’OMS, la télémédecine englobe « la pratique de la médecine au moyen de techniques interactives de communication des données ; cela comprend la fourniture de soins médicaux, la consultation, le diagnostic et le traitement, ainsi que la formation et le transfert de données médicales ». La transmission d’information s’effectue à travers divers outils informatiques capables de transmettre des données audio ou visuelles. Autrefois utilisée de manière occasionnelle, la télémédecine a connu un essor spectaculaire suite à la pandémie du COVID-19.

Cette pratique comporte de nombreux avantages, notammentun gain de temps considérable en réduisant les déplacements aussi bien pour les patients que pour les médecins. Cette option n’est pas limitée géographiquement, ce qui revêt une importance cruciale pour les consultations dans des régions reculées comme les villages en haute montagne. Elle permet également la formation de professionnels de la santé dans d’autres régions, voire d’autres pays ou continents ! Elle est déjà utilisée, par exemple, pour la formation dans certainsgestes médicaux de base dans des pays d’Afrique confrontés à une pénurie de personnel médical qui se fait cruellement sentirCet outil offre également la possibilité de réaliser une consultation sans risque pour le médecin lorsque le patient est atteint d’une maladie particulièrement contagieuse. Cette technologie semble aujourd’hui particulièrement prometteusepour le tri des patients aux urgences et pour le suivi de patients chroniques à domicile. Tout ceci contribuerait potentiellementà la réduction des coûts de la santé en Suisse. 

Malgré ses avantages, la télémédecine présente également des inconvénients significatifs. L’examen clinique est fortement limité puisque le médecin ne peut pas physiquement examinerson patient. Des inégalités d’accès se font ressentir, en particulier pour les patients malentendants ou allophones nécessitant un interprète. En outre, la couverture réseau et l’accès à une connexion internet restent des obstacles évidents. Les préoccupations quant à la confidentialité et à la sécurité des données persistent en raison de la complexité accrue de leur protection.

Des obstacles d’ordre juridique, culturel, économique et organisationnel limitent actuellement le déploiement massif de cette technologie. 

La question qui se pose est de savoir si la télémédecine va prendre une place centrale dans la prise en charge des patients pour devenir un pilier incontournable de la médecine moderne, ou si elle est destinée à disparaître face aux nombreux défis auxquels elle est confrontée.

L’avenir seul nous le dira.

HUG@home

Telmed

Articles récents

Genève et les langues étrangères

Genève, petit canton de presque 500’000 habitants, a la chance de s’inscrire dans une société multiculturelle et multilingue. Plus de 40% de sa population est d’origine étrangère, et parle au moins une langue autre que le français. L’envers du décors est…

Les prothèses orthopédiques par impression 3

La médecine personnalisée... mais à quel prix ? De manière progressive mais sûre, la médecine personnalisée nous offre des outils plus efficaces et moins risqués pour le traitement de nombreuses pathologies : la mucoviscidose, le cancer, les…

La télémédecine: un avenir incertain ?

Selon la définition de l’OMS, la télémédecine englobe « la pratique de la médecine au moyen de techniques interactives de communication des données ; cela comprend la fourniture de soins médicaux, la consultation, le diagnostic et le traitement, ainsi que…

L’univers podcastien: la révolution audio

Les podcasts, ces émissions audios disponibles en ligne, sont devenus, au cours des dernières années, un compagnon quotidien pour de nombreuses personnes. C'est une méthode aisée pour se divertir, s'informer et apprendre de nouvelles choses. Au-delà de…

Actidote : une application pour la prévention de la dépression chez les étudiants ?

Nombreux sont les étudiants souffrants de problèmes liés à leur santé mentale au sein de l’Université de Genève, pourtant leur accès aux soins n’est pas aussi important. Plusieurs raisons à cela, parmi elles figurent la peur d’être stigmatisé, le manque…